Hommages à nos inventeurs

Méthode pour éliminer les courriels indésirables

En 2001 j'ai voulu démarrer une entreprise sur internet « ezStockExchange » avec un associé. Cette compagnie se spécialisait dans le traitement des données boursières récoltées sur Internet. Potentiellement, cette compagnie pouvait générer des profits importants en allant chercher seulement un client par mois. Nos clients nous trouvaient et nous contactaient via Internet. Cependant le pourriel (courriels indésirables) nous empêchait de nous développer. Le pourriel étant une réelle nuisance au développement de notre entreprise, au cours de l’été 2002, je me suis mis à réfléchir au moyen d’éliminer ces courriels indésirables. Nous ne pouvions pas nous permettre d’investir du temps à trier ce qui est bon ou pas bon dans notre boite de courrier. Précisons aussi que beaucoup de virus sont envoyés de cette façon. Une chose qui entretemps m’avait frappé c’est la façon dont Yahoo (technologie captcha – Carnegie Mellon University) avec ses images réussissait à limiter le nombre de comptes créés par des robots de polluposteurs. Je voyais là une piste de solution bien que j’avais entendu dire (je n’ai pas vérifié) que la technologie était qu’en partie efficace, car apparemment, les polluposteurs payaient des gens dans certains pays pauvres juste pour entrer le code apparaissant dans les images. La première solution que j’ai trouvée a été de créer un site permettant uniquement de rediriger le courriel. Le but était de pouvoir utiliser des adresses «jetables». À ce moment j’ai enregistré un site AOLEMAILS.COM (Advanced On Line email). Le nom a été choisi en fonction des recherches qui étaient faites sur Internet à ce moment-là. La combinaison AOL et email étaient très en demande à cette époque. Au fur et à mesure que j’avançais dans mon projet, j’ai commencé à me demander pourquoi le pourriel ne pouvait pas être arrêté. Plus que je travaillais sur mon site AOLEMails (à temps partiel, car je devais aussi travailler sur ezStockExchange) plus la solution se dessinait dans mon esprit. J’ai fini par découvrir que le problème était abordé de la mauvaise façon. Que la solution se trouvait du côté utilisateur. I.e. l’utilisateur devait pouvoir donner son adresse courriel et seulement ceux à qui il l’avait donné devaient pouvoir le rejoindre. Que juste le fait d’avoir la bonne adresse ne devait plus simplement suffire. La solution est devenue évidente, donner la clé de sa boîte aux lettres et pouvoir la changer et la distribuer à loisir. Ainsi, les polluposteurs ne pourraient plus continuer leurs pratiques dévastatrices. La solution s’appliquait non seulement pour l’utilisateur final, mais aussi pour les entreprises. J’ai informé mon associé de ezStockExchange que j’avais trouvé la solution contre le POURRIEL et que ezStockExchange en profiterait. Fière de cette découverte, j’en ai glissé un mot dans ma famille, entre autres à mon frère Bruno. Ne sachant pas que je pouvais faire breveter une méthode, j’ai pensé à créer un WEBMAIL complet et j’ai enregistré MailRedirection.com en juillet 2003 à cette fin. La solution étant claire, il fallait la mettre en œuvre. J’ai commencé à m’intéresser à Linux, Postfix (serveur de courrier), PHP (programmation WEB), PHP Graphics etc. bref tout ce qui me permettait de faire avancer mon projet. J’ai travaillé seul pendant 7 mois, période durant laquelle j’ai glané ici et là des informations, entre autres auprès de personnes qui connaissaient Linux, le tout en vue de créer le Webmail. J’étais aussi concerné par le temps qui passait et la possibilité que quelqu’un pourrait me voler mon idée. À ce moment je ne savais toujours pas que je pouvais breveter une méthode. En juin 2004, J’apprends qu’il est possible de faire breveter une méthode. Alors je décide que cela sera la priorité. Je connais Invention Québec. J’enregistre ezSpamFilter le 19 juin 2004, car à ce moment, je comprends que j’ai la possibilité de développer un programme incorporant la méthode que j’ai développé, et ce, tranquillement. Plus tard après avoir échoué auprès d’Invention Québec qui m’a dit que je ne pouvais pas breveter une méthode, j’ai contacté Inventarium (grâce au frère de mon ex-petite amie). Le 26 juillet 2004, je montais à Montréal faire breveter ma méthode anti-pourriels. J’ai également protégé les marques de commerce Pidmail et Pidkey au Canada et aux États-Unis par l’entremise de l’Inventarium. La mise en marché a finalement débuté et tout fonctionne tel que je l’avais prévu. À partir de ma méthode brevetée, je viens de créé un anti-spam pour Skype intégrant ma méthode brevetée. Ce nouveau produit sera déjà disponible quand vous lirez ces lignes. Fort de ce premier succès, je viens également de déposer un autre brevet pour une nouvelle méthode, toujours dans le domaine informatique.