Hommages à nos inventeurs

Machine à énergie potentielle gravitationnelle

L’idée lui est alors venue de lancer un défi à ses jeunes protégés. Il les a regroupés par trios et leur a demandé de fabriquer chacun un petit véhicule propulsé uniquement par l’énergie produite par des aimants et électroaimants. Lorsque chaque groupe eut terminé, une course fut organisée pour déterminer le véhicule le plus performant. Il a été renversé par l’intelligence de ces petits bonshommes. Cette expérience l’a fait énormément réfléchir à un point tel, qu’il en est venu à la conclusion que tous les enfants du monde méritaient mieux comme environnement que ce qu’on leur offre actuellement. C’est ce qui l’a amené à une grande réflexion sur son avenir avec comme résultat qu’il a pris une décision qui allait changer sa vie radicalement, soit de quitter l’enseignement et de revenir à Montréal. Ce qu’il désirait dorénavant, c’était de se trouver un emploi qui lui permettrait d’avoir assez de temps libres pour se consacrer à la recherche. Le résultat de ses longues cogitations fut l’invention d’une machine à énergie potentielle gravitationnelle basée sur des principes naturels. Les premières années ont été consacrées à imaginer les différentes composantes, ainsi que le mécanisme. Depuis l’année dernière, il en est à la fabrication du premier prototype. Il ne peut avancer au rythme qu’il voudrait et on peut le comprendre, car Antal est père de 6 enfants. Mais il est déterminé à aller jusqu’au bout de son rêve qui consiste à fabriquer cette fameuse machine qui produira de l’énergie propre et peu couteuse que l’on pourra utiliser dans tous les pays du monde. Ce qui le motive jour après jour, c’est l’amélioration de la qualité de vie des enfants à travers la planète. Autrement dit, c’est l’avenir de l’humanité Ce grand humaniste a surnommé son projet « Wishy Watty » tiré de l’expression anglaise Wishy Washy qui signifie indécis. C’est d’ailleurs suite à un discours de Barack Obama au cours duquel ce dernier a qualifié les grands pays de Wishy Washy qu’il a choisi ce nom. Le président américain faisait ainsi allusion au fait que les grands pays industrialisés n’arrivent pas à se décider sur les moyens à prendre pour réduire les gaz à effet de serre versus l’économie. Antal Meneïde en est actuellement à la phase de fabrication de cet appareil qui demande des pièces propres à son système. Il lui faut donc les faires fabriquer sur mesure et pour ce faire, il lui faut les fabriquer au préalable en polystyrène, grandeur nature tel qu’on le voit sur la photo. Heureusement, il n’est pas seul dans cette aventure puisqu’il est en contact avec des spécialistes en métallurgie et un maître soudeur qui l’appuient dans son projet. Pour le bien de tous les enfants du monde, on ne peut que lui souhaiter que tout fonctionne tel qu’il l’imagine.